28e dimanche du Temps Ordinaire

dimanche 10 octobre 2021

Par le père Ludovic Frère, recteur

Pèlerinage des pères de familles à Notre-Dame du Laus

La gloire de mon Père

« La gloire de mon père » : ce roman bien connu de Marcel Pagnol raconte son histoire familiale, autour de la figure de son père Joseph. Pendant les vacances, l’oncle Jules veut apprendre à Joseph les rudiments de la chasse. Marcel trouve d’abord son père bien peu glorieux dans cet exercice, mais un jour, surprise : Joseph réussit un coup de roi en abattant une paire de bartavelles ! Le curé du village propose d’immortaliser l’exploit sur une plaque photographique. L’instituteur, qui s’était moqué de l’un de ses collègues photographié avec un gros poisson pêché, abandonne soudainement ses principes ; un revirement qui inspira à Marcel Pagnol cette tendre parole : « J'avais surpris mon cher surhomme en flagrant délit d'humanité. »

*        *        *

Tel est toujours un père pour ses enfants, quand la relation est normale : il représente d’abord ce surhomme, fort, courageux, auprès duquel on ne craint rien. En grandissant, l’enfant découvre pourtant que son père n’est pas tout-puissant. Épreuve douloureuse, voire conflictuelle, mais nécessaire pour expérimenter ce que Marcel Pagnol perçut avec tendresse : surprendre le surhomme en flagrant délit d’humanité.

L’homme fort qu’est le père prend alors une autre dimension ; non pour évacuer l’estime qu’on lui doit, mais pour l’humaniser : oui, un père est une créature limitée, il n’est pas toujours à la hauteur, il est paradoxal parfois et pécheurs souvent... Décidément, il n’est pas Dieu.

Messieurs les pères de famille qui avez marché depuis vendredi soir, votre « exploit » tout relatif mériterait peut-être une belle photo. Mais plutôt que penser devoir montrer vos biceps ou vos mollets pour prouver que vous êtes des hommes forts et des pères à la hauteur, sans doute êtes-vous plutôt appelés à revoir ce qui fait la vraie solidité d’un père à partie de la Révélation biblique. Car votre paternité ne vient pas de vous ; elle a une origine de laquelle elle reçoit sa vraie force. À la lumière de la Parole de Dieu, je vous propose alors de mettre en évidence cette origine, pour que votre paternité s’y rattache toujours davantage ; et que tous, nous puissions la reconnaître.

*        *        *

Tout d’abord, j’avoue un certain agacement quand des personnes reprochent aux prêtres de se faire appeler « pères » ; reproche qui s’appuie sur cette parole de Jésus : « Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux » (Mt 23,9). On taxe alors les prêtres d’usurpateurs, mais sans faire le même reproche aux pères de famille… ça n’est quand même pas très juste !

Alors, comme toujours pour éviter le désolant fondamentalisme, il faut faire sonner toute la Révélation biblique comme un unique orchestre, en allant puiser ailleurs que dans une seule parole les notes complémentaires permettant de saisir tout le sens de la divine mélodie. Ainsi, l’avertissement « n’appelez personne sur terre du nom de père » doit s’harmoniser avec cette autre parole, d’Éphésiens 3,14 : « Je fléchis le genou en présence du Père de qui vient toute paternité, au ciel et sur la terre ». Si du Père éternel vient toute paternité, c’est qu’il y a bien d’autres paternités que celle du Père éternel.

Certes, la paternité est à Dieu seul en tant que source. Tout père, qu’il soit spirituel ou de famille, puise donc sa paternité en Dieu qui seul est Père. La demande de n’appeler personne du nom de « père » n’est alors pas une question de mots, mais une question de réception et d’adéquation de nos paternités humaines à la Paternité-Source qui est celle de Dieu.

C’est donc une vive interpellation pour tous les pères, qu’ils soient de famille ou spirituels : comment allons-nous sans cesse puiser notre paternité dans celle du Père éternel ? Quels moyens concrets pour cela ? Quelle prière formuler régulièrement pour demander l’ajustement de notre paternité à celle de Dieu ? C’est tellement nécessaire pour se garder de se prendre soi-même pour une paternité-source ! Car on risquerait exploiter les autres au lieu de les faire grandir, jusqu’aux abus les plus abjectes ; cette semaine vient tristement de nous le montrer.

*       *       *

À la reconnaissance que nos paternités dépendent d’une paternité-source s’ajoute un autre point d’attention, essentiel pour exercer une paternité, quelle qu’elle soit : c’est se rappeler qu’un père est d’abord lui-même un fils. Seul le Père éternel est Père sans avoir été fils. Les pères terrestres sont tous des personnes avant d’être pères, tandis que le Père éternel est en Personne Père.

Ce pèlerinage des pères auxquels nous sommes tous associés par cette messe est alors l’occasion d’une pensée et d’une prière pour notre père terrestre, qu’il soit mort ou vivant. Dans l’action de grâce pour tout ce que nous avons a reçu de lui ; dans la contrition pour nos ingratitudes à son égard ; ou dans une demande de pardon, voire de réconciliation, si cette relation a été tendue ou blessée.

De plus, c’est aussi l’occasion pour nous, les pères, d’une vive prise de conscience que nous ne naissons pas pères, mais que nous le devenons. C’est-à-dire que notre paternité surgit et se développe en s’inscrivant dans une histoire qui a d’abord fait de nous des fils. Pour être de bons pères, il nous faut être de bons fils, et veiller à le rester. Tout paternité se nourrit d’une obéissance filiale au Père éternel.

Du Christ, nous recevons justement cette filiation divine, qui éveille toujours plus en nos cœurs de pères la joie de garder des cœurs de fils, selon le début de la lettre aux Éphésiens : « Il nous a prédestinés à être pour lui des fils adoptifs, par Jésus, le Christ. Ainsi l’a voulue sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous a donnée dans le Fils bien-aimé » (Eph 1, 5-6). Ainsi, tout père veillant sur ses enfants doit veiller à faire toujours plus d’eux des enfants du Père.

Alors, vous les pères, comment aidez-vous vos enfants à devenir toujours plus fils et filles du Père ? En pleine communion avec leur mère, même dans les couples séparés par la désunion ou par le deuil, cette mission reste première : faire de vos enfants toujours plus des enfants du Père éternel.

*       *       *

Toutes les lectures bibliques de ce dimanche nous y appellent plus ou moins directement. Ainsi, nous puisions dans la première lecture une conviction essentielle : si un père doit motiver ses enfants à donner le meilleur d’eux-mêmes et à nourrir une belle ambition, il doit les aider à se garder d’une réussite purement humaine. Un père est appelé à inculquer dans le cœur de ses enfants ce que la première lecture reconnaissait avec force : « l’esprit de la Sagesse est venu en moi. Je l’ai préférée aux trônes et aux sceptres. »

Pères de famille, vous faites grandir vos enfants, quel que soit leur âge, quand vous les aidez à préférer la sagesse plutôt que les trônes. On pourrait dire aussi : plutôt que l’exposition sur les réseaux sociaux, ou le seul succès des études, ou le remplissage du compte-en-banque… Comment aidez-vous vos enfants à préférer la sagesse qui mène au Ciel, plutôt que les trônes et les sceptres de cette terre passagère ?

Pour y aider, le psaume de ce dimanche est venu supplier le Père éternel : « Apprends-nous la vraie mesure de nos jours ». Oui, c’est en prenant conscience que nos jours sont peu de choses sur cette terre que l’on exerce plus résolument une paternité qui oriente vers le Ciel.

Stimulateurs d’ambition, un père doit donc susciter la plus grande des ambitions : la vie éternelle. Or, si vous laissez vos enfants dans l’état d’esprit du jeune homme riche de l’évangile, en entendant l’appel aux trésors du Ciel, ils lui tourneront le dos comme l’a fait ce jeune homme. Et comme lui aussi, ils s’en iront « tout triste » ; et ils ne trouveront jamais sur terre le vrai bonheur.

*       *       *

Mais peut-être vous y êtes vous essayé, sans grand succès. Car après quelques années d’attention obéissante à ce que disent les parents, les enfants suivent leur propre chemin ; c’est normal et c’est heureux. Car l’enfant n’est pas le prolongement de ses parents. Dès la conception, le Père-Source crée à chaque fois un être nouveau, qui n’est pas une synthèse de ses parents. Dieu crée toujours une personne unique.

C’est bien sûr la raison pour laquelle aucun être humain ne peut s’arroger le droit de vie ou de mort sur un enfant à naître : il n’est pas le prolongement ou la propriété des parents, même quand il est encore un petit embryon de quelques jours. Ainsi, aucun père ne peut jamais se dire propriétaire de la vie nouvelle qu’il fait jaillir avec la mère. Saint Joseph se révèle alors bien comme le modèle de la paternité véritable : il a accepté une paternité qui ne venait pas de lui, pour servir la Paternité divine.

Même sans être des pères adoptifs comme saint Joseph, vous, les pères de famille et nous comme pères spirituels, nous acceptons une paternité qui ne vient pas de nous, afin de toujours mieux servir la Paternité divine et de permettre aux fils et aux filles que Dieu nous confie de se préparer à contempler éternellement le Père.

Oui, messieurs, quelle belle mission ! Chercher à être des pères suffisamment disponibles au Père éternel, pour qu’au jour où vos enfants Le verront de leurs yeux, ils puissent Lui dire : « Père tout-puissant, en contemplant ta Face, je n’ai pas peur, car je te reconnais. Tu m’es familier, Père éternel : déjà bien sûr je t’ai contemplé sur le visage du Christ qui révèle « celui qui m’a vu a vu le Père ». Mais j’ai aussi déjà perçu quelque chose de Toi dans le père de sang et les pères spirituels que Tu as mis sur mon chemin de vie ».

Alors, merci à tous les pères, qui cherchent sincèrement à l’être en vérité ! Merci de nous donner à voir quelque chose de la magnifique paternité du Père éternel ! Telle est la véritable « gloire de mon Père », pour laquelle nous ne devons cesser d’œuvrer et de rendre grâce. Amen.